Libermann et l'évangile de Jean

N°1 - Pentecôte 1959

Ces cahiers spiritains ne sont pas à proprement parler une nouvelle revue. Leur contenu, jusqu'ici intégré au Bulletin de la Province de France prend seulement la forme nouvelle d'un complément périodique édité à part. Il s'agit simplement de continuer comme par le passé, — mais grâce à cette transformation, plus largement que par le passé, — à échanger entre nous, études et réflexions concernant la personne et lu doctrine du Vénérable P. Libermann, maître et guide providentiel de notre spiritualité spiritaine.

Chaque année à l'occasion du 2 février, anniversaire de sa mort, se donnent à travers toute la Congrégation des dizaines de conférences dont plusieurs mériteraient sûrement d'être portées à la connaissance de tous les confrères. Les archives de nos grands scolasticats en conservent un certain nombre dont la publication systématique éviterait de faire de nos études du Vénérable Père un perpétuel recommencement. De décembre 1957 à décembre 1958, notre bulletin provincial en a déjà publié un total de 165 pages. C'était à la fois excessif et insuffisant ; excessif car cela finissait par porter détriment aux autres rubriques du Bulletin et en même temps insuffisant car cette formule ne permettait ni de donner à cet effort de diffusion son plein développement ni d'atteindre tous ceux qu'intéresse légitimement une meilleure connaissance du P. Libermann. Au-delà des lecteurs habituels du Bulletin officiel de la Province ces cahiers pourront atteindre et nos confrères des autres provinces et nos Soeurs Spiritaines, avides elles aussi d'un ressourcement authentique. Et puis, à l'heure où les magnifiques travaux de M. l'abbé Blanchard vont contribuer à faire connaître et apprécier Notre Vénérable Père d'un plus large public, n'est-il pas bon que nous ayons quelque chose à offrir aux esprits désireux de rester en contact avec celui qu'ils auront ainsi découvert et aimé ? D'ailleurs n'y a-t-il pas déjà chez les membres de notre archiconfrérie du Saint-Esprit, comme il arrive dans les tiers-ordres, des Ames soucieuses de bénéficier des richesses et des orientations propres de notre spiritualité ? L'essence de celle-ci au dire du Vénérable Père lui-même (L. S. IV, 598) étant représentée par la plénitude du Saint-Esprit dans le Coeur de Marie, toute étude pouvant contribuer à une meilleure connaissance de « l'âme de nos âmes » et du Coeur de Marie, comme modèle d'abandon et de correspondance à l'Esprit divin — sera parfaitement à sa place dans ces cahiers.

Un plus grand rayonnement spiritain sera toujours à l'avantage des âmes abandonnées auxquelles nous sommes voués en même temps qu'il servira la cause qui nous est si chère, d'une plus rapide glorification de notre bien-aimé Père. Mais si nous souhaitons ainsi toucher un cercle élargi d'amis de Libermann, communiant avec nous dans le même idéal et la même ferveur, nous n'entendons pas moins garder à ces cahiers le modeste caractère d'un bulletin de famille. Nous n'avons nullement l'intention ni la prétention de les proposer au grand public, encore moins de rivaliser avec d'autres revues aux visées similaires (telles que Les Cahiers Eudistes, Cahiers Marials montfortains, Christus, Cahiers spirituels ignatiens). Pareille entreprise dépasse nos moyens actuels et pourtant nous avons, sans attendre, le devoir et la possibilité de nous entraider très simplement à mieux connaître et mieux exploiter, pour mieux en vivre, les trésors de doctrine que recèlent à l'état diffus nos 20 volumes d'écrits et documents libermaniens. Nous tenons à ce que les pages de ces cahiers demeurent accessibles à la collaboration d'un grand nombre d'entre nous. Pour nous intéresser, et nous aider à mieux connaître notre histoire, notre spiritualité et notre doctrine missionnaire, il n'est pas indispensable qu'une étude fasse état d'un savant appareil critique ou bibliographique ni révèle une documentation exhautive ; il nous suffit qu'elle soit enrichissante, instructive, suggestive et exacte. Tous les confrères qui ont déjà exploré ou exploité pour leur propre compte quelque filon de cette mine inépuisable de nos trésors de famille sont donc instamment priés de nous faire part en toute simplicité du fruit de leurs recherches. Nous ne prétendons cependant nullement monopoliser les études libermaniennes, mais seulement les stimuler et nous souhaitons au contraire que des articles de valeur sur ces questions trouvent aussi accueil auprès des grandes revues spécialisées, spirituelles, théologiques ou missionnaires. Nous vous invitons également à nous envoyer des échos détaillés des célébrations traditionnelles par lesquelles nous avons coutume en toutes nos communautés de commémorer l'anniversaire de la mort de Notre Vénérable Père. Nous serions surtout intéressés à recevoir le texte des communications ou causeries dont elles auront été l'occasion. Une chronique du 2 février recensera ou condensera celles de vos conférences qui ne pourront être insérées in extenso. Grâce à une équipe de traducteurs que nous nous efforcerons de constituer nous serons heureux de faire connaître aux confrères de langue française l'essentiel des études spiritaines de nos autres provinces. Déjà nous avons la chance de disposer en chacune d'elles de correspondants particulièrement compétents susceptibles de centraliser tous ces rapports.

Ces cahiers vous tiendront encore au courant de l'ensemble de l'actualité libermanienne par une série d'autres chroniques régulières :
- Chronique de nos causes de béatification ; grâces obtenues, état des procès.
- Chronique des C.E.S. : depuis 1944, dans nos grands scolasticats de France fonctionnent des « Groupes d'Etudes Spiritaines » (G.E.S.) et nous savons que des Cercles similaires se sont constitués aussi dans d'autres Provinces. Spiritus sera heureux d'aider toutes ces jeunes équipes en leur procurant l'avantage d'un organe et d'un trait d'union.
- Chronique de recension des ouvrages ou articles intéressant notre histoire et notre spiritualité spiritaine : soit qu'ils éclairent directement ou indirectement la vie et la doctrine de nos fondateurs, soit qu'ils traitent du Saint-Esprit ou qu'ils approfondissent ses relations avec le Saint Coeur de Marie. On envisage également de recenser ici toute étude missiologique mettant en valeur les consignes et les méthodes apostoliques déjà préconisées par le restaurateur des Missions d'Afrique et reprises avec insistance par les derniers Papes. En ce domaine nous chercherons à relever aussi bien les travaux qui fondent ces principes en doctrines ou retracent l'histoire de leur diffusion, que ceux qui s'attachent à en souligner l'urgence, les difficultés et le mode d'application dans le contexte contemporain.
- Chronique enfin des témoignages rendus au P. Libermann par des non-Spiritains et de l'accueil fait en dehors de la Congrégation à la doctrine de Notre Vénérable Père, ou aux publications s'y rapportant.

Mais là ne se bornera pas encore l'intérêt de ces cahiers. Grâce à la mise en commun des recherches des confrères de diverses Provinces, ils permettront la constitution progressive d'instruments de travail indispensables à une meilleure connaissance de Notre Vénérable Père. C'est ainsi qu'il nous faudrait, telle celle qui a accompagné la récente édition des manuscrits de sainte Thérèse de Lisieux, une table alphabétique des mots employés par Notre Vénérable Père, avec, pour chacun d'eux, la liste complète des passages où ils se trouvent utilisés, une table des noms de lieux ou de personnes cités par lui et puis, toujours avec leurs références dans ses écrits, une table de citations textuelles ou approchées qu'il fait de l'Ecriture. Il nous faudrait enfin, et c'est le plus délicat, un fichier analytique, groupant sous une même tête de chapitre toutes les références concernant tel ou tel sujet. Sur plusieurs de ces points nous disposons déjà de certains éléments qui, étant publiés, pourraient être complétés grâce aux efforts de chacun.

Enfin pour aider nos confrères à prêcher des retraites vraiment spiritaines, pour aider ceux qui parmi nous ont la charge d'initier nos novices et jeunes profès à la spiritualité de Notre Vénérable Père, nous pourrons communiquer diverses suggestions, proposer divers plans ou schémas illustrés de quelques références choisies. Ainsi seront plus facilement exaucés les voeux de notre dernier Chapitre Général, repris et développés avec insistance par le T. R. Père et que vous retrouverez ci-dessous.

Ainsi nous l'espérons pourra se vérifier le souhait que formulait en 1948 S. S. Pie XII en parlant du Vénérable Père : « Par leur fidélité à son esprit, écrivait-il (les Spiritains) contribueront, nous en avons ta conviction, à hâter l'heure que nous appelons de nos voeux, où, les éminentes vertus de ce grand serviteur de Dieu, (maître insigne de la vie spirituelle), si légitimement vénéré et invoqué dans la Congrégation, recevront, s'il plaît au Seigneur, la consécration officielle de l'Eglise » (B. G. 1948, p. 418.)

L. Rozo, Supérieur Provincial

Libermann et l'évangile de Jean

Sommaire

Entre nous... Editorial du R. P. Lucien Rozo, Provincial de France
Pour un ressourcement spiritain : voeux du chapitre général et consignes du Très Révérend Père
Pie XII et Libermann : textes pontificaux qui justifient aussi, indirectement, l'existence de ces Cahiers

LIBERMANN ET I'EVANGILE DE SAINT JEAN

Pierre BLANCHARD : Le Commentaire de Saint Jean
Professeur aux Facultés catholiques de Lyon, l'auteur analyse l'accueil fait par la critique et par le public religieux a la nouvelle édition de l'oeuvre maîtresse du Vénérable Libermann. De cette réédition, dont il fut lui-même l'un des principaux artisans, on trouvera encore une longue recension en fin de ce numéro.

Lambert VOGEL : Le discours eucharistique, lu par Libermann
Le R. P. Vogel, ancien Provincial de Hollande, conseiller général, avait la mission de choisir pour la nouvelle édition les plus belles pages du Commentaire de Saint Jean. La ferveur de la présentation qu'il nous donne ici de quelques extraits de ce soliloque mystique noua rassure pleinement sur la délicatesse avec laquelle il aura conduit cette difficile opération qu'il qualifie lui-même de mutilation.

Henri DUBREIL : Où Dieu veut nous mener
M. le chanoine H, Dubreil, curé de la Basilique Saint-Nicolas de Nantes, a bien voulu nous autoriser à entreprendre, par chapitres détachés, la publication de la thèse de doctorat inédite qu'il consacra naguère au « Vénérable P. Libermann, Maître de vie intérieure et contemplative ». Nous lui en sommes extrêmement reconnaissants. Après avoir défini, dans le présent article, le but nettement mystique auquel d'après Libermann, Dieu appelle toute âme vivant en ce monde, l'auteur s'attachera à décrire « la vie de repos » que le Vénérable nous propose, puis le renoncement qui en est la condition sine qua non, mais dont la règle unique est l'amour et qui consiste « moins à se mortifier qu'à s'humilier et se pacifier ». Enfin il nous montrera, toujours à l'école du Vénérable Père comment l'union à Dieu n'est ici-bas que l'épanouissement normal de la Foi, s'exerçant d'une façon privilégiée dans l'oraison. La conclusion nous présentera Marie (Virgo, dux pacis) comme modèle, médiatrice et secours du chrétien dans son itinéraire spirituel. On verra que c'est justement au Commentaire de Saint Jean que l'auteur emprunte ses premières pages.

LIBERMANN : Prières
On a reproduit ici les huit prières du Commentaire de Saint Jean qui n'ont pas trouvé place dans la nouvelle édition.

X... : Table de concordance des deux éditions du Commentaire

Jeau LE MESTE : L'équilibre chez Libermann
L'auteur, confesseur au noviciat de Cellule (France), nous montre comment le Vénérable Père, malgré sa maladie nerveuse, son surmenage et ses échecs répétés a su devenir un modèle et maître souverain d'équilibre. Pour s'être offert « sans retour ni détour » à l'action divine, non seulement il fit preuve d'une force héroïque aux grandes heures de sa vie, mais, toujours égal à lui-même il réalisa dans le quotidien une merveilleuse alliance des contraires : fermeté et douceur, vérité et charité, zèle et tolérance, humilité et grandeur.

Libermann en Sorbonne
Présentation de la thèse de doctorat ès lettres soutenue le 25 avril par M. l'abbé Pierre BLANCHARD
devant l'Université de Paris.

Libermann et saint Benoît, d'après Dom W. MORK, o.s.b.

Recensions :
Marthe de Hédouville : Mgr de Ségur
H. J. Koren, c.s.sp. : The Spiritans, Histoire universelle des Missions catholiques

D'un centenaire à l'autre, 1952-1959
Survol de la littérature libermannienne de langue française publiée au cours des sept dernières années :
livre, articles, brochures, fichier, glanes diverses.

Présence ou absence de Libermann ?

Notre fiche inédite : LES LECTURES SPIRITUELLES.