Evêques et missions

N°16 - Septembre 1963

La première chose que les missionnaires espèrent du Concile, c'est un peu de clarté sur leur mission propre. Ils n'en veulent à personne et les efforts de tous les chrétiens ne sont certes pas de trop au service de l'évangélisation. Encore n'est-il pas inutile de situer les unes par rapport aux autres les diverses formes de participation à l'unique mission de l’Église. Volontiers, les missionnaires reprendraient à leur compte ce mot de l'épiscopat français : « Plus l’Église veut se sentir missionnaire, plus elle doit veiller à garder à un tel mot son sens » (Déclaration du 27 avril 1960). Cela devient un lieu commun de constater qu'on a dilué et affadi le sens du mot missionnaire en le mettant un peu à toutes les sauces. Pour un peu, n'importe qui et n'importe quoi pourraient recevoir ce titre sauf précisément les missionnaires eux-mêmes !

En fait, on insinue de plus en plus souvent et de plus en plus ouvertement - nous pourrions en donner maints exemples - que leur rôle traditionnel est terminé, qu'ils ont à se reconvertir et proprement à s'effacer, au sens le plus radical du terme. Si on les appelle encore missionnaires, certains prennent soin déjà de leur accoler des guillemets, pour bien montrer qu'il ne s'agit plus que d'une commodité de langage. Les intéressés d'ailleurs prêtent des armes à l'empressement de ces liquidateurs de bonne volonté en confondant trop aisément leur champ d'action avec celui des jeunes Églises qu'ils ont contribué à fonder et leur activité avec celle du clergé diocésain - autochtone ou étranger d'Afrique, d'Asie ou d'Amérique du Sud. Cette confusion est, hélas ! fondée dans la réalité car la quasi-totalité des missionnaires du monde a dû abandonner l'évangélisation des non-chrétiens pour se consacrer à peu près exclusivement au soin pastoral de chrétientés trop pauvres en clergé. Le plus grand mal, c'est qu'au
lieu de voir dans cet état de fait une anomalie gravement dommageable au progrès de la mission, ainsi qu'à la virulence de l'idée missionnaire, on paraît de plus en plus s'y résigner, voire même en faire un idéal dès maintenant normal et bénéfique : le missionnaire n'est plus là, nous dit-on, que pour suppléer un clergé local encore trop peu nombreux (...)

Evêques et missions

Sommaire

ATHANASE BOUCHARD : Espoirs missionnaires au Concile
LUCIEN DEISS : Le livret missionnaire des Douze : Matthieu X
JEAN COLSON : Collégialement responsables du monde
MGR RAYMOND TCHIDIMBO : La mission des jeunes églises
DOMINIQUE NOTHOMB : Église locale et missionnaires étrangers
EMILIEN LAMIRANDE : La vocation missionnaire chez Mgr de Mazenod
PIERRE FERTIN : Mgr Pierre Bonneau ou l'insatisfaction missionnaire

LIVRES ET CHRONIQUES
par A. BOUCHARD, J. GUENNOU, TH. HERZOG, J. LUNOT, D. NOTHOMB, A. SEUMOIS

Paul VI, évêque missionnaire
Épiscopat et missions dans la perspective du Concile
Les Réflexions de Libermann sur l'épiscopat
Mgr Luquet, architecte de l’Église
Mgr Vital Grandin, serviteur de Dieu
Concile et Missions (bibliographie)

PRINCIPAUX AUTEURS RECENSÉS

BELLET (335) - BONFILS (332) - BRETON (330) - BRULS (332) - CAMPS (3I7) - CARDIJN (334) - CONGAR (335) - DAIN (335) - FRISQUE (314-315) - MAGGIOLINI (317) - MILLOT (327) - PIHAN (334) - UNCITI (318).