Un dialogue qui purifie

N°188 - Septembre 2007

Écrivain, traducteur de textes sacrés, homme de dialogue, André Chouraqui nous a quittés au début de l’été. Recevant en 1999 le Prix pour le dialogue entre les univers culturels, Prix Sénateur Giovanni Agnelli, il avait rappelé que « Le mot “dialogue” ne veut pas dire “parler à deux” mais participer à un entretien, à deux ou plusieurs personnes avec, pour but, de marcher ensemble vers le logos, dialogos, vers la vérité. Ainsi tout dialogue suppose une marche en avant ».

Marcher ensemble réclame des partenaires qu’ils se respectent et s’écoutent ; qu’ils se disent en vérité mais se soucient tout autant d’utiliser pour cela un langage qui puisse être correctement compris de l’autre sans le blesser. Et s’ils sont convaincus d’avoir eu révélation, par pure grâce, du « mystère enveloppé de silence aux siècles éternels » (Rm 16,25), les chrétiens ne peuvent s’impliquer dans ce dialogue en propriétaires de la vérité.

Ce numéro reflète une telle démarche. Les témoignages et réflexions à partir du vécu qui nous y sont présentés sont ceux de chrétiens engagés, personnellement et ensemble, dans une relation avec l’extérieur, les autres, les Églises, les religions, bref le monde à divers niveaux. Si la variété et la profondeur des expériences enchantent, on discernera aisément au détour des mots les tensions sup-portées par fidélité au dialogue et la conversion à laquelle il faut consentir. Pour tous, le dialogue, sous ses multiples formes, se fait purification, véritable « cheminement de mort/résurrection en Christ, avec les autres ». Les quatre textes de la partie actualité missionnaire dépeignent bien ce laborieux itinéraire de clarification du regard porté sur l’autre, de purification des motivations, d’humble service du Mystère et d’apprentissage à œuvrer ensemble pour la justice et la paix.

Le dossier est constitué de six articles qui portent, eux aussi, la marque de la richesse et de l’universalité de l’action de l’Esprit Saint, « agent principal de toute mission ecclésiale ». Du dialogue œcuménique à la situation des catholiques chinois en passant par le dialogue interreligieux avec nos frères musulmans et bouddhistes, ces textes nous éclairent sur le « comment » se mettre au service de cette mission qui est celle de Dieu. La logique du tout ou rien y est non seulement inappropriée mais surtout réductrice car elle dogmatise le jugement, dessèche le cœur et entretient en nous ces peurs qu’il nous faut surmonter, ces résistances profondes dont la conversion retardée encombre notre temps et notre histoire. Un dialogue fructueux ne s’accommode pas, nous le savons bien, de vérités en demi-teinte. Mais il s’agit ici, avant tout, de passer de la suspicion à la confiance, apprendre à se décentrer, à se désarmer, à pardonner, à s’effacer, bref à aimer à la manière de Dieu lui-même. Et Dieu s’approche de chacun avec infini respect et cette sollicitude que le poète Jean Grosjean aime à évoquer comme un « avril qui sollicite les bourgeons… ». Une réalité à laquelle on communie mieux par la contemplation que par le discours… Certes, l’Église n’a pas toujours collé à cet idéal ni suivi au plus près son Seigneur dans sa relation au monde ; un retour historique sur l’évangélisation en Amérique latine vient d’ailleurs nous rafraîchir la mémoire sur une zone d’ombre qui n’est pas sans effets, encore aujourd’hui, en nos temps de mondialisation.

Les chroniques font principalement écho à la Ve Conférence du CELAM tenue à Aparecida, Brésil. Un premier texte nous en révèle toute la promesse, tant du document final que du contexte dans lequel il a été élaboré. La communication sur le colloque de Vienne en Autriche nous montre que son impact dépasse largement les limites du continent latino-américain. Autre événement important : la lettre du pape Benoît XVI à l’Église catholique en Chine. Deux articles portant déjà sur la situation des catholiques en Chine, le lecteur trouvera dans ce numéro une brève présentation de ce document qui illustre bien la sollicitude pastorale du “Serviteur des serviteurs” de la communion ecclésiale.
« L’unité, au-delà des ténèbres est amour,
l’amour, au-delà des ténèbres est unité »
(A. Chouraqui, Cantique pour Nathanaël).

Spiritus

Un dialogue qui purifie

Sommaire

ACTUALITÉ MISSIONNAIRE

Un missionnaire en Éthiopie : En collaboration avec l’Église orthodoxe éthiopienne
Joseph Bierchane : Dilemmes des séminaristes chinois
Sœur Marie-Paule : La Paix-Dieu en Cévennes protestantes
Thaddée Barnas : Le COE et l’altermondialisme

DOSSIER : UN DIALOGUE QUI PURIFIE

Gill Daudé : Surmonter les peurs. Le dialogue œcuménique entre charisme et institutions
Eliseo Mercado : Musulmans et chrétiens vivant ensemble
Sœur Sheila et Sœur Cyrille : Dialogue interreligieux et vie monastique cénobitique
Fernando Diaz : Annoncer, dénoncer, renoncer. Mission de l’Église et communication entre cultures en conflit
Jean Charbonnier : Le tripode de l’Église en Chine

CHRONIQUES

François Glory : CELAM : Aparecida mai 2007
Franz Helm : Nouvel élan missionnaire de l’Église en Amérique latine – et en Autriche ?