Deuxième synode africain

N°196 - Septembre 2009

COQUILLAGES ET ARACHIDES...

En guise d’éditorial de ce numéro sur le deuxième synode africain, je propose au lecteur d’écouter le récit composé par une communauté de base dans une grande ville africaine. Mieux que n’importe quel discours théorique, il aide le lecteur à sentir dans quel contexte des Africains courageux s’efforcent de bâtir la réconciliation. Voici le récit.

Je vous parle de deux voisins qui vivaient quelque part dans un quartier de notre ville. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’entente entre eux n’était guère brillante. Un beau jour, la poule de l’un d’entre eux faisait son tour habituel, à la recherche de nourriture. Elle trouva près de la maison du voisin de son maître des coquillages récemment lavés qui séchaient au soleil. Elle regarda les coquillages, d’abord de l’œil droit ensuite de l’œil gauche, et en prit un dans son bec. Le propriétaire des coquillages avait remarqué la poule et la chassa pendant qu’elle s’efforçait d’avaler le coquillage. Jetant un regard d’aigle sur ses coquillages, il se rendit compte que le plus beau avait disparu. De son côté, la poule s’était enfuie sans laisser de traces. La malheureuse victime de ce vol appela ses enfants et leur demanda à qui appartenait cette poule. Ils répondirent : « à notre voisin ! »

Le propriétaire des coquillages décida donc d’interpeller son voisin qui venait juste de sortir de sa maison et lui dit : « ta poule est venue chez moi et elle a avalé le plus beau de mes coquillages ! » L’autre lui répondit : « excuse-moi, cher voisin, combien veux-tu que je te paie ? » Lui : « je n’accepterai jamais, jamais de la vie, ton argent ! ce que je veux, c’est mon coquillage ! » Le maître de la poule : « un peu de patience s’il te plaît, je m’en vais chercher un autre coquillage. » L’autre : « au grand jamais ! je veux mon coquillage, le plus beau que j’ai jamais possédé ; je n’en veux pas d’autre, mais celui-là ! » Le propriétaire de la poule fut vraiment étonné et dit : « mon frère, excuse-moi, mais que veux-tu ? » Le voisin reprit : « tue ta poule et donne moi mon coquillage ! » L’autre répliqua : « mais cette poule a encore des poussins, c’est la poule que j’utilise pour l’élevage, ce qui me permet de payer les frais scolaires de mes enfants ». Le voisin secoua la tête et refusa en disant : « tue la poule et rend moi mon coquillage ! » La palabre s’envenimait de plus en plus, et finalement le propriétaire de la poule dit à sa femme: « maman Ntumba, tue cette poule, si les poussins qu’elle laisse derrière meurent, ils meurent ; mais nous pourrons au moins rendre ce coquillage à monsieur. » Les enfants poursuivirent la poule, l’attrapèrent et la maman la tua. Ils retrouvèrent ainsi le coquillage resté dans le jabot de la poule. Après l’avoir lavé, ils le rendirent au propriétaire. Cependant, ils étaient profondément blessés par son comportement.

La saison de séchage des arachides commença peu après. La propriétaire de la poule avait reçu des arachides de très loin. De la bonne semence, rare à trouver ! Elle les mit au soleil pour les faire sécher afin de pouvoir les planter plus tard. Le fils du propriétaire des coquillages passa par là, il regarda autour de lui et ne vit personne. Mais la propriétaire des arachides se trouvait derrière la fenêtre de sa maison et veillait sur son trésor. L’enfant tendit le bras et prit la plus grosse arachide. La femme poussa un cri, le garçon avala vite les deux graines de l’arachide et s’enfuit. Mais la femme l’attrapa et le conduisit près de sa mère, c’était son enfant unique. Sa mère les vit arriver et demanda : « qu’est-il arrivé à mon enfant pour qu’il pleure ainsi ? » La voisine répliqua : « ton enfant ici présent a avalé ma plus belle semence d’arachide qui vient de loin. Je suis venue pour que tu me la rendes. » La mère : « excuse-moi, je te chercherai une autre arachide. » Mais l’autre répondit : « jamais de la vie ! il me faut ma semence, et non pas une autre arachide ! » La dispute s’envenima. Les gens accoururent et autour de la maison il faisait noir de monde. La première femme ne céda pas : « il me faut mon arachide, et pas une autre ! » La mère se mit à pleurer, le père aussi. C’était leur enfant unique : « qu’allons-nous faire ? » Ils administrèrent des vomitifs à l’enfant, mais sans résultat. Ils lui mirent les doigts dans la gorge, de nouveau sans résultat. Malgré les cris de l’enfant, ils le prirent par les pieds et le secouèrent violemment parce que la propriétaire de l’arachide refusait de céder : « je veux mon arachide ! » L’enfant gisait épuisé par terre, les parents désespérés pleuraient et les gens se demandaient ce qu’ils pouvaient bien faire…

Le récit s’arrête abruptement. À l’auditeur de répondre à la question finale : « que faire ? » Les auteurs des articles du dossier l’accompagneront. Un grand merci à l’abbé Léonard Santedi Kinkupu pour la coordination du dossier. Bonne lecture !

Eric Manhaeghe

Deuxième synode africain

Sommaire

ACTUALITÉ MISSIONNAIRE

Massimo Faggioli : La réception politique de Vatican II
Raymond Jung : Tricentenaire de la mort de Claude-François Poullart des Places (1679-1709). Premier fondateur de la Congrégation du Saint-Esprit

DOSSIER : DEUXIÈME SYNODE AFRICAIN

Léonard Santedi Kinkupu : Un kairos et un kainos. La deuxième Assemblée spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques
Yvon Christian Elenga : Faire Église. À propos de la deuxième Assemblée spéciale pour l’Afrique du Synode des Évêques
Paulin Poucouta : Paul et le service de la réconciliation
Anne Béatrice Faye : Le potentiel de la femme pour la construction d’une Afrique juste, pacifiée et réconciliée
Félicien Mwanama Galumbulula : Église et gestion des conflits. Apport du droit canon à une culture de justice
Josée Ngalula : Parole et diaconie réconciliatrices pour une Afrique violentée
Léonard Santedi Kinkupu : Rassembler dans la convivialité. Une tâche pour le deuxième synode africain

CHRONIQUES

K. Ngoy Kafubwanga : Figures et représentations de la pauvreté. Colloque interdisciplinaire ICP (16-17 mars 2009)
Eric Manhaeghe : Caritas in veritate. La lettre encyclique de Benoît XVI sur le déve-loppement humain intégral

LIVRES ET REVUES

Recensions
Édouard Flory Kabongo, Le rite zaïrois. Son impact sur l’inculturation du catholicisme en Afrique.
Pierre Claverie, Marie la vivante. Sept jours de retraite avec Marie.
Roger P. Schroeder, What is the Mission of the Church ? A Guide for Ca-tholics.
Dominique et Marie-Thérèse Urvoy, Abécédaire du christianisme et de l’islam. Précis de notions théologiques comparées.
Emilio Platti, Islam, Friend or Foe ?
Guy Pannier, L’Église du Loango 1919-1947. Une étape difficile de l’évangélisation au Congo-Brazzaville.
Jean-Marie Estrade, Résurrection… une annonce à Madagascar et au Japon.
Andrew Buckler, Jean Calvin et la mission de l’Église.
Laurence Monroe, États-Unis : la métamorphose hispanique. Une bonne nouvelle pour l’Amérique et pour le monde.
Camillo Ballin, Le Christ et le Mahdi. La communauté chrétienne au Soudan dans son contexte islamique. Période de la révolte mahdiste (1881-1898).
Susan E. Smith, Women in Mission. From the New Testament to Today.
Maurice Pivot, Au pays de l’autre. L’étonnante vitalité de la mission.

Revues
Bilum für weltoffene Christinnen, n°1, 2009