Envoyés

N°25 - Décembre 1965

Dans un cahier moins épais que d'habitude (compensant les 32 pages supplémentaires du cahier précédent), voici quelques études et méditations qui, sans constituer un véritable numéro spécial, ont tout de même pour commun fil conducteur une réflexion sur la vocation missionnaire.

Mission veut dire envoi et le missionnaire est un envoyé. Mais cela n'est-il pas vrai de tout homme, en ce sens que toute vie humaine est placée sous le signe d'une vocation et qu'il n'y a pas de vocation sans mission ? A fortiori, l'envoi sera-t-il le corollaire normal de toute consécration religieuse ou sacerdotale. Mais ces affirmations, aujourd'hui courantes, ne suffisent pas à dévoiler tout le sens d'une destinée de missionnaire.

Envoyé, le missionnaire l'est au sens propre, car il a été appelé à partir, à sortir de chez lui pour aller chez les non-chrétiens. Cette vérité, banale pour ceux qui la vivent, avait pourtant cessé d'aller de soi pour beaucoup. Aussi le rappel vigoureux que viennent d'en faire les abbés Barreau et Barbé (Le prêtre dans la mission, Seuil) nous paraît-il bien opportun. Une fois reconnue cette caractéristique du missionnaire, sa vocation se distingue aussitôt à l'évidence de la vocation missionnaire commune à tous les chrétiens, à tous les religieux, à tous les prêtres et il devient à nouveau possible d'appeler des jeunes à vivre cette vie-là. Tous en effet ne sont pas appelés à quitter leur milieu de vie naturel pour aller chez les non-chrétiens et on n'appelle pas quelqu'un à faire ce qu'il fait déjà. « Mettez-moi à part Paul et Barnabé » (Actes 13, 2).

La prise de conscience par tous les chrétiens, et singulièrement par tous les prêtres, de leur commune vocation missionnaire est une œuvre de longue haleine qui doit normalement aboutir à de plus nombreux départs missionnaires. Mais l'Esprit Saint n'est pas tenu d'attendre que tous les chrétiens soient des apôtres pour susciter parmi eux des témoins qui s'en iront porter l’Évangile aux nations. Aussi bien, en relayant son appel et en favorisant ces départs, les pasteurs développent une parabole en acte, puissamment capable de réveiller en leurs fidèles le sens et le souci de la mission chrétienne.

Spiritus

Envoyés

Sommaire

HENRI HOLSTEIN : Quel est le sens du mot « mission » ?
YVES RAGUIN : La vocation missionnaire
MAURICE SCHRIVE : Partis sur sa parole, comme Abraham
PIERRE BOYER-MAUREL : Vivre comme Moïse le dialogue du salut
Mgr PAUL SEITZ : Un évêque parle à ses missionnaires
DOMINIQUE NOTHOMB : Révision de vie missionnaire

NOTES, LIVRES E T CHRONIQUES
par A. BOUCHARD, CH. COUTURIER, P. GRILLOU, J. MASSON, E. MVENG, Y. RAGUIN, et nos correspondants : I. DALMAIS, J. DESPONT, J. DOURNES, P. de MENASCE, P. PICHON, J. TROUPEAU, etc.

Face aux religions non chrétiennes / Le colloque de Bombay
Semaines et congrès / « Repenser la Mission »
Contribution des missionnaires à la réflexion de l’Église
Bibliographie / Concile et Missions III
Courrier de la revue / Mission sans missionnaires ?
Lectures missionnaires
Table des matières du tome VI - 1965
PRINCIPAUX AUTEURS RECENSÉS

Congar 427 - Couturier 428 - Daniélou 427 - Dondeyne 430 - Las Casas 442 - Le Guillou 442 - Mercier 442 - Müller 431 - Nothomb 443 - Ohm 441 - Riobé - 429 - Suenens 431 - Thils 427 - Volker 429.