La vie apostolique

N°33 - Février 1968

Comment concilier les exigences de la vie religieuse et celles du travail missionnaire ? Dès le départ, Spiritus savait qu'il lui faudrait un jour aborder ce sujet qui représente, à tort ou à raison, pour beaucoup de religieux et de religieuses engagés dans la Mission, un sérieux problème d'unité de vie. Mais, parvenus à pied d'oeuvre, voilà que nous abordons la question dans une perspective assez différente de celle envisagée d'abord.

Le fait que plusieurs des instituts désormais co-responsables de la revue ne soient pas des instituts religieux n'est évidemment pas pour rien dans cette évolution. D'autre part, même les instituts missionnaires classés comme religieux ne se sont pas tous reconnus dans le texte conciliaire qui fait dériver l'action apostolique de la nature même de la vie religieuse (Perfectae caritatis 8). Beaucoup ont le sentiment que, dans leur vocation, l'ordonnance serait plutôt inverse, en ce sens que le choix de ce qu'on appelle « vie religieuse » a découlé pour eux d'une vie missionnaire d'abord voulue, à laquelle tout, dans leur existence, s'ordonne et se subordonne. Mais alors qu'est-ce qu'une vie religieuse ainsi comprise ? A-t-on raison de rassembler sous l'accolade « vie religieuse », et de soumettre aux mêmes normes, des vocations qui sont peut-être bien distinctes ?

Il fut un temps où, pour dire « vie religieuse », on disait simplement « vie apostolique » : vita apostolica, imitation du mode de vie des apôtres. N'est-il donc pas paradoxal que la « vie religieuse » - ou ce qui s'en rapproche - en soit venue à poser des problèmes à ceux ou à celles qui justement ne veulent pas être autre chose qu'apôtres, imitateurs des premiers apôtres ? N'y a-t-il pas là une équivoque à lever ? A l'heure où ils se préoccupent de réviser le témoignage donné par leur style de vie, il est nécessaire que les missionnaires précisent ce qu'ils entendent par « vie apostolique » et par « imitation des apôtres », car d'abord, pour nous, de quels apôtres-s'agit-il ? C'est à cette question préalable que l'étude biblique du P. Pierron nous aide à répondre.

Comme nous l'annonçions dans notre numéro 30 (p. 4) voici que nous commençons à pouvoir illustrer chacun de nos numéros spéciaux par une série de positions sur le sujet, exprimées par des missionnaires de la base choisis dans toutes les parties du monde. Nous remercions vivement ceux et celles qui ont bien voulu commencer avec nous cette collaboration que certains préfèrent anonyme. Notre liste de correspondants n'est pas immuable ; nous souhaitons la parfaire d'abord par l'adjonction de voix africaines et asiatiques (missionnaires) ainsi que par l'accroissement de la participation féminine. Il nous faudrait contacter aussi davantage de jeunes et obtenir des réponses de laïcs en situation missionnaire.

Spiritus

La vie apostolique

Sommaire

Études
JOSEPH PIERRON : Apôtres et évangélistes dans le Nouveau Testament
DOMINIQUE NOTHOMB : La consécration missionnaire
JACQUES DOURNES : Le signe du serviteur
ODILE SCHLIESSENDINGER : Religieuse-au-travail en terre d'Islam

Témoignages :
L'autocritique des missionnaires
Vie apostolique et vie religieuse

... et B. BESRET, J. BONFILS, A. BOUCHARD, J. BOUCHAUD, L. DEISS, F. PÉRENNOU, Y. RAGUIN ET LES 46 CORRESPONDANTS DE CE CAHIER

Textes choisis :
La vie apostolique selon Vatican II
La « vita apostolica » de S. Pacôme à S. Dominique

Billet de liturgie : Célébrer l'office en mission
Récollection : L'entrée de Jésus dans son apostolat