Mission et inculturation

N°98 - Février 1985

Le mot « inculturation » fait maintenant partie du vocabulaire de la mission et de l 'évangélisation. Il est assez facile de déterminer contre quoi les théologiens l'ont choisi et utilisé : les théologies des pierres d'attente, de l'adaptation ou de l'implantation de l'Eglise. Mais il est plus difficile d'unifier la signification qu'on lui donne.

Le mot est d'ordre théologique ; il ne faut pas le confondre avec des mots voisins qui sont utilisés en ethno-sociologie : ainsi, « l'enculturation » est le processus d'insertion progressive dans sa propre culture ; « l'acculturation » indique l'appropriation d'une autre culture que la sienne propre et les choix et conflits que cela entraîne ; on emploie aussi le mot de « transculturation » pour le passage d'une culture à une autre...

Le mot « inculturation » est, en théologie, analogue à celui d'incarnation que l'on emploie quelquefois comme synonyme. Le sujet de l'inculturation est donc le Message, la Parole de Dieu, la vie de la foi, l'expérience chrétienne. Ce ne sont pas les théologiens qui inculturent le Message. Ils ne peuvent que créer l'espace d'une telle inculturation et lui donner des moyens de se dire. L'inculturation est l'aventure de la Parole dans la vie des personnes et des communautés croyantes.

Nous vous présentons un article du P. Raymond Joly qui étudie l'évolution sémantique du terme à partir de son premier emploi en 1962. Il explique bien le puissant attrait du mot ; il montre la complexité des sens qui lui ont été attribués. En tout cas, le mot paraît porteur de cette histoire d'Alliance où Dieu se manifeste à l'homme là où il ne l'attendait pas ; l'inculturation est aussi déroutante que l'incarnation.

Le P. Uzukwu traite de l'Eglise nigériane (plus spécialement ibo) : la société traditionnelle est structurée de façon sacrale. Le Message chrétien, dans sa version occidentale, s'est donné des ministères qui ont des formes bien déterminées. Comment peut se faire la rencontre de ces deux types d'organisation ? Le P. Suess nous parle des quelques centaines de milliers d'Indiens qui survivent au Brésil. Comment peut se faire l'évangélisation de minorités, pour que le Christ soit annoncé sans être lié au pouvoir politique qui se réfère aussi au christianisme ? Le P. Tini essaie d'envisager quelle forme doit prendre la vie franciscaine pour que le message de François trouve son expression universelle. Ce ne sont que trois exemples mais ils nous aident à mieux saisir ce qu'implique la dimension missionnaire de l'Eglise.

Spiritus

Mission et inculturation

Sommaire

DOSSIER : MISSION ET INCULTURATION

Raymond Joly : Inculturation et vie de foi
Elochukwu Uzukwu : Eglise nigériane et inculturation
Paulo Suess : Témoignez de votre espérance
Osvaldo Tini : Fraternité et inculturation en Zambie

CHRONIQUE

Pierre Erny : Le problème du rêve en missiologie