L'éveil de la mission

N°99 - Mai 1985

Depuis longtemps, on s'interroge sur ce qu'est une Eglise « adulte ». Quand, en missiologie, on parle de « plantatio Ecclesiae », les critères de maturité pour une Eglise locale sont surtout d'ordre institutionnel : séparation des territoires, établissement de la hiérarchie, recrutement du clergé, etc. D'autres ont été tentés d'appliquer à l'Eglise le principe des trois autonomies. Il semble bien que l'un des vrais critères d'une Eglise adulte soit la mission, car, de par sa nature, l'Eglise est missionnaire.

Mais, en disant cela, on n'a pas encore fait avancer beaucoup la question missiologique, car la « nature missionnaire » de toute Eglise peut se manifester de multiples façons. Il peut être avantageux dans un premier temps d'examiner comment se fait l'expansion de l'Eglise. Dans certains cas, le christianisme se répand en une sorte d'osmose au sein d'une société : ce fut le cas du christianisme primitif dans l'empire romain ; c'est celui de l'Eglise de Corée semble-t-il. « C'est un peu comme une boule de neige : plus elle grossit, plus l'augmentation est rapide... la mission c'est leur affaire à eux. »

Mais le dynamisme missionnaire peut se traduire par l'envoi de missionnaires à partir d'Eglises, pourtant minoritaires dans leur pays, vers d'autres peuples, d'autres continents et d'autres cultures. Cette ouverture retentit généralement sur l'Eglise qui envoie, en lui révélant ses possibilités et ses limites culturelles.

La mission peut être aussi réponse à des défis, politiques par exemple : l'Eglise de Hong-Kong va se trouver face à son entrée au sein de la Chine Populaire et de ce fait, elle a une charge, une chance, des exigences qu'elle doit en visager. Les défis peuvent être plus sociaux : ces Eglises d'Amérique latine qui font l'option préférentielle pour les pauvres. Des défis culturels importants marquent l'Eglise de l'Inde aux prises avec des langues si variées. Dans tous ces cas, la question posée n'est plus tellement d'être Eglise mais de faire Eglise, toutes sont appelées à un Exode, à une sortie des formes reçues.

La mission est donc constitutive de l'Eglise pour qu'elle accomplisse son devoir qui n'est pas d'abord de se soucier d'elle-même, de ses prérogatives, de ses privilèges, qui ne peut se contenter de l'implantation d'appareil, mais qui exige d'elle qu'elle se melle de plus en plus sérieusement, de plus en plus profondément, au service de l'homme, non pour immerger le Règne dans des structures socio-politiques, mais pour le signifier comme accomplissement de la Mission de l'Esprit. « Pour réaliser pleinement ce qui a été accompli une fois en vue du salut de tous, le Christ a envoyé d'auprès du Père le Saint Esprit » (A.G. 4).

Spiritus

L'éveil de la mission

Sommaire

DOSSIER : L'ÉVEIL DE LA MISSION

René Dupont : Visage missionnaire de l'Eglise de Corée
Jean Waret : L'éveil missionnaire de l'Eglise japonaise
Gilbert Poncet : D'une Eglise qui reçoit à une Eglise qui donne
Pierre Jeanne : La Mission au pluriel à Hong-Kong
Jo Gourdon : Indonésie - Dynamisme missionnaire
Benedict L. Jose : Participation du laïcat indien
Michel Candas : Brésil : un nouveau visage de l'Eglise
Pierre Legendre : Dynamisme missionnaire au Sud-Bénin
Anne-Marie Poulain / Louis Cesbron : Saint-Pierre d'Essos, une paroisse urbaine
Henri Maurier : La relève de la Mission
Charles-Marie Guillet : La vocation missionnaire d'hier à aujourd'hui