Arc-en-ciel de rêves

N°200 - Septembre 2010

SAGESSE DIAPRÉE DE DIEU

Un « arc-en-ciel de rêves» ! C 'est un titre qui demande sans doute une explication. Dépassons le phénomène optique et météorologique car, par sa beauté et son étrangeté peut-être, l'arc-en-ciel s'est chargé au fil du temps d'une richesse symbolique abondante et variée à l'extrême. Mais par son infinité de couleurs en dégradé aux frontières incertaines, l'arc-en-ciel évoque d'emblée la diversité dans l'unité, la pluralité dans l'harmonie, la différence dans la communion et la paix. C 'est pour cette raison d'ailleurs que l'Afrique du Sud aime à se désigner comme une « nation arc-en-ciel ». Forgée par l'archevêque du Cap, Mgr Desmond Tutu, l'expression a été reprise par le Président Nelson Mandela dans son célèbre discours d 'investiture à Pretoria en 1994.

Invitant à penser la relation complexe entre la foi et la culture, l'ensemble du Dossier proposé dans ce cahier a bien des connivences avec ces champs symboliques. Les articles qui le composent sont issus en majeure partie d'un atelier dirigé par Agnès Kim Mi-Jeung, sur le thème « la théologie de la culture », atelier tenu au Centre Sèvres (Paris) durant l'année académique 2009-2010. Les participants, originaires de cinq régions du monde et de onze nationalités différentes, ont exploré la question du comment faire pour « ouvrir à chaque réalité culturelle la possibilité de devenir porteuse d'un message divin ». Voilà donc ces rêves, divers à souhait, qui peuplent l'arc-en-ciel. . . Mais ne quittons pas trop vite la maison des symboles, en particulier celui des couleurs, dans leur infinie variété et mystérieux chatoiement car il peut nous introduire à une réalité essentielle au christianisme : le Mystère d'incarnation que l'on retrouve à la source et comme en filigrane de toutes les contributions de nos auteurs.

La lettre aux Ephésiens a en effet une expression admirable lorsqu'elle parle de la « sagesse multicolore de Dieu » (Ep 3, 10). C 'est la « sagesse diaprée de Dieu » comme le traduisent avec élégance F. Boyer et M. Garat, c 'est-à-dire parée de couleurs vives, variées, scintillantes et chatoyantes à l'infini car c'est Dieu lui-même qui se donne. Sagesse que le Verbe a « interprétée » de manière parfaite en venant « planter sa tente parmi nous » (Jn 1,18.14). Sagesse que les communautés chrétiennes, l 'Église, ont vocation à actualiser, à faire découvrir en donnant chair à la Bonne Nouvelle dans les situations socioculturelles qui sont leurs, particulières, diverses, changeantes, hostiles parfois, mais partenaires toujours d'une féconde émulation. Tous les auteurs de ce dossier témoignent de cette envie de transmettre la Bonne Nouvelle du Salut en tous lieux et cultures, y compris dans ces sociétés postmodernes où, selon le mot de P. Ricoeur, le « croyable disponible » s 'est émietté. Tous aiment l'Église et la désirent à l'écoute et en dialogue avec les personnes et leur histoire, avec la culture et le langage qu'elles habitent. Ils la désirent proche de tous, passant résolument « de l'auto encensement - signe du "grand carnaval de la religion" d'après l'expression de G. Vattimo - au véritable accompagnement des personnes sur le chemin de la foi ». Pour cela il ne faut pas craindre d'entrer dans l'épaisseur des existences des personnes rencontrées et dans leurs systèmes de pensée. C'est la condition pour que jaillisse un nouveau langage évangélique. Faut-il craindre alors de sombrer dans le particularisme et de perdre la communion ? Il y aura toujours une tension féconde à vivre entre appartenance culturelle et appartenance catholique. Mais sans la diversité, l'Église serait un corps mort, figé, fossilisé et sans esprit de communion, elle ne serait qu'un corps morcelé. L'actualisation de la foi devra donc toujours être accomplie par les chrétiens et leurs communautés dans un sans cesse va-et-vient entre la situation socioculturelle changeante et la tradition ecclésiale.

Mystère d'incarnation, essentiel au christianisme : Dans le Fils, Dieu se confie à notre parole, à notre langage dans le sens le plus large qui soit. Pour M. Zundel, c 'est « la donnée la plus neuve et la plus essentielle de l 'Évangile : un Dieu fragile est remis entre nos mains, un Dieu fragile est confié à notre conscience ». Dans Les ruines du ciel, C. Babin évoque à sa manière de poète ce même mystère d'incarnation, d'inculturation : « Dans chaque nouveau-né Dieu se remet entre nos mains peu sûres, comme un joueur qui, avec panache, relance le jeu auquel il a perdu mille fois ». Perdu par amour, parce que désirant s'exposer à l'homme, gratuitement. Aurons-nous jamais fini de nous laisser guider par l'Esprit pour entrer par le coeur et l'intelligence dans ce Mystère ?

Un chaleureux merci à Agnès Kim Mi-Jeung et ses étudiants du Centre Sèvres ainsi qu'à tous les auteurs et collaborateurs de ce cahier multicolore.

Bonne lecture !

Bernard Keradec

Arc-en-ciel de rêves

Sommaire

ACTUALITÉ MISSIONNAIRE

André-Léon Simonart : Mission en Afrique et au monde africain - 27e Chapitre Général des Missionnaires d'Afrique
Eric Manhaeghe : Vous avez dit crise ?

DOSSIER : ARC-EN-CIEL de RÊVES

Agnès Kim Mi-Jeung : L'arc-en-ciel des défis et de nos rêves sur l'actualisation de la foi
Francys Silvestrini Adão : Vivre la foi dans un carrefour de cultures. Une bénédiction et ses défis
Deyvi Astudillo Tores : L'adhésion aux nouvelles Églises. Qu'exprime l'adhésion de nombreux catholiques aux nouvelles Églises en Amérique latine ?
Diego Giraldo Aristizabal : L'espérance s'ouvre un chemin dans la désespérance
Albano Aloys Mwombeki et Félix J. Jabu : Problèmes d'inculturation en Tanzanie
Benjamin Sanon : Redécouvrir la foi en la résurrection du Christ chez les Zandés. Une culture où l'on croit à la vie après la mort
Shannon Pereira : Les défis de l'Église en Inde
Allwyn Cruz : Rêve d'une annonce chrétienne en Inde
Hicham Chemaly : La religion, entre Etat et citoyens
Renato Colizzi : Le rêve d'un monde qui s'élargit. Nouveaux défis de l'évangélisation
Mark Cachia : Face au sécularisme
Teodor Lucian Lechimtan : De révolution en révolution. Institutions et limites de la communication entre Église et société en Roumanie.
Michal Karnawalski : Rêve pour la Pologne
Agnès Kim Mi-Jeung : Vers nos rêves...
Jean-François Meuriot : Les mutations du religieux dans la mondialisation. Déterritorialisation et déculturation

CHRONIQUES

Bernard Keradec : Églises africaines au défi. Séminaire résidentiel du Sedos à Ariccia (18-22 mai 2010)
Eric Manhaeghe : XVIe assemblée générale de I'AFOM. Paris, 7-8 mai 2010

LIVRES ET REVUES

Recensions
Jean-Louis Souletie (dir.), Prêtres dans le souffle de Vatican II.
Jean-Jacques Gabut, Eglise, religions et franc-maçonnerie.
Jean-François Baudoz, «Prendre sa croix ».
Armand Duval, Etty Hillesum. Quand souffle l'esprit.
Chantal Joly, Petite vie de Dom Helder Camara.
Vincent Aucante, Benoît XVI et l'islam.
René Coste, La symphonie trinitaire.